Eric - 48 ans - Président

Après une licence en sciences éco et une école de commerce et développement (3A Asie, Afrique, Amérique), j’ai passé 15 ans dans la logistique en terminant directeur d’exploitation. Passionné de voyages et de photos, nous sommes partis en famille dans de nombreux pays sur tous les continents. Fort de ces expériences je souhaite aujourd’hui les mettre à profit dans ce nouveau projet de vie que représente MANAO MANGA.

Estelle - 48 ans - Administratrice

Une cinquantaine de pays à travers le monde, une centaine de rencontres, des milliers de regards… Mais un peuple m’a particulièrement touché par leurs manques (manque de nourriture, d’eau, de soins, d’éducation…) : le peuple Malgache.

Depuis 15 ans, je suis dans le social en tant que formatrice indépendante dans la lutte contre l’illettrisme et l’alphabétisation. Passionnée par ce travail je veux apporter mon aide dans un projet plus ambitieux en participant tout particulièrement à l’éducation des enfants et la formation des adultes.

Fabienne - 48 ans - Administratrice

Etre propulsée maitresse d’école parce qu’on est française et qu’on est intéresse à la vie d’une classe… C’est ça Madagascar ! Des pupitres supplémentaires sont amenés dans une classe pourtant bien chargée et je me retrouve face à 80 enfants de 6 à 12ans ! Le maitre présent sur place m’apprend un mot en malgache : « mangina » qui signifie « taisez vous » !

Et je dois improviser ! La date, les jours de la semaines, puis des chansons pour apprendre du vocabulaire. La chanson du petit poisson a beaucoup de succès auprès des enfants et celle du crocodile, elle plait beaucoup à Madame Cécile la directrice qui apprend souvent le vocabulaire en même temps que ses élèves. Résultats, 2 h de classe et en sortant on me demande quand je reviens… Le rdv est pris pour deux jours plus tard…

Norbert - 47 ans - Trésorier

Ingénieur Télécom chez un opérateur français depuis plus de 20 ans, je souhaite me lancer dans de nouveaux défis. Énergie solaire, énergie éolienne, télécommunications, parc informatique, outils collaboratifs, voilà quelques uns des nombreux problèmes qu'il va nous falloir résoudre. Au travers de ma formation scientifique et technique, ainsi que de mon expérience en entreprise, je souhaite aider MANAO MANGA à s'implanter à Madagascar et à réussir localement l'ensemble de ces différents projets en déployant des solutions adaptées à son environnement.

 

Apres avoir voyagé plus de 25 ans, vu quelques uns des plus beaux sites sur Terre comme le Machu Pichu ou le Perito Moreno, après avoir été au contact des baleines, des éléphants, après avoir rencontré beaucoup de peuples, comme les Indiens de Bolivie ou les Himbas de Namibie, après avoir vu la pauvreté, la misère, avoir été piqué au fond des tripes et m'être senti incapable et nul, ne sachant pas quoi faire, ne sachant pas comment le faire, j’ai décidé d’agir.

 

Donner, ne pas donner ? Combien de fois me suis-je posé la question ? A qui donner, comment choisir ? Que dire aux autres ? Combien de fois je me suis dit que ne pouvant faire si peu à quoi bon faire quelque chose… Combien de fois me suis-je demandé si je ne faisais pas plus de mal que de bien en donnant. Ces questions ne m'ont jamais quitté depuis 25 ans. J'y pense quasiment tous les jours.

 

Combien de fois j'ai trouvé nos dépenses futiles, incongrues, nos cadeaux qui tombent à côté ou l'insatisfaction de ceux qui les reçoivent… Tout le superflu que l'on continue à acheter par habitude, par obligation, sans nous procurer plus de 10 minutes de plaisir et qui nous asservit encore plus ensuite, agrandissant d'autant plus notre mal être d’après et du coup qui nous refait acheter de manière compulsive pour tenter d'effacer à nouveau ce mal-être…

 

A force de retourner des milliers de fois ces questions, d'écumer internet pour regarder ceux qui ont fait, comment ils ont fait, ce qui a marché, ce qui a échoué, et bien aujourd’hui, je saute le pas ! Parce que si je ne le fais pas, je le regretterai toujours, parce que la vie est trop courte, parce qu'on ne vit qu'une fois, parce que si je ne le fais pas, alors c'est toute ma vie qui n'aura en fin de compte aucun sens.

 

Alors oui, j'ai fait un rêve, celui de changer le monde, oui rien que ça ! Je sais, je suis un garçon très modeste… Comme je ne crois plus au Père Noël, et que je crois être quelqu'un de réaliste (mais foncièrement optimiste) : je me lance !

 

Lorsque j'ai partagé ce rêve à mon ami d'enfance (cadre chez un opérateur télécom) non seulement il ne m'a pas pris pour un fou (ou il n'a pas osé me le dire !) mais il a voulu participer à ce rêve et aujourd'hui avec son épouse, ils partagent pleinement ce projet. Même si les tâches à réaliser sont immenses ils ont décidé de venir s'installer avec nous (mon épouse et moi) à Madagascar pour construire ce projet. Mais ce projet nous ne pourrons pas le réaliser à 4, nous avons besoin de tout le monde, nous allons le réaliser avec vous tous ici.

Alors si ce projet vous parle, si ce projet vous semble intéressant, correspond à vos convictions. Si vous pensez que cela vaut la peine d'être tenté. Alors rejoignez nous, faites vous aussi partie de ce grand mouvement qui va se poursuivre dans les prochaines années et qui a démarré avec le concept de l’économie bleue. Une place vous attend quelques soient vos compétences, votre âge votre activité, vous aurez un rôle à jouer dans ce changement.

 

Et vous aussi vous pourrez dire : "je change le monde". Et n’oubliez pas : "think big, start slowly, go fast".

 

Merci à tous

Eric - Mai 2017

 

Alors que les candidats à l’élection présidentielle nous suggèrent de travailler plus longtemps, des rêveurs, des inconscients ou bien des gens comme tout le monde décident de changer de vie.

C'est ce qui nous arrive... La cinquantaine approchant et les enfants grandissant la maison semble trop grande, on ne sait plus trop pourquoi on habite en région parisienne alors qu'on vient de province... Ah si, en fait, on reste à cause du travail ! Si pour ma part je peux exercer mon activité auprès des jeunes enfants à mon domicile, ce n'est pas moi qui fait vivre la famille, et quitter un boulot bien payé d'ingénieur paraît plus compliqué...

 

Mais pour quoi encore travailler quinze ans, (mon dieu!) l'espérance de vie augmente, certes, mais quelques cas personnels nous montrent que la vie ne tient parfois qu'à un fil et qu'il vaut mieux en profiter dès que l'on peut.. et "quand on veut, on peut" n'est ce pas l'adage ?

 

Changer de vie pour retourner en province et essayer de trouver là-bas un environnement moins stressant et pollué ? Ah non pas du tout ! Ça s’était sans compter le rêve fou d'un copain d'enfance, voyageur invétéré depuis qu'il a été initié aux voyage à 18 ans par Norbert ! Depuis Eric et sa famille ne s’arrêtent plus. Eux ont déjà changé de vie pendant un an en partant en Amérique du sud avec leurs trois jeunes enfants en camping car !

 

Mais là, Eric veut tout quitter. Il ne veut pas voyager mais s'installer « à vie » à l'étranger. Au fil de leurs nombreux voyages ils viennent de trouver l'endroit où poser leurs bagages. Pas pour regarder le lagon en sirotant du jus de mangue, non, en voulant développer toute une structure associative de développement solidaire.... et nous qui ne connaissons pas encore Madagascar mais qui en rêvons depuis longtemps, on a dit « on vous suit » !

 

Et c'est comme ça qu'est née notre association Manao Manga ! Nous partirons 2 mois en été 2018 dans le but de trouver où nous installer. Nous savons quand même déjà que ça sera au sud ouest ! Et en 2020 nous irons nous installer à Madagascar !

Fabienne - Mai 2017

 

Dans la ville d’Antananarivo, capitale de Madagascar, une petite fille court pieds nus entre les files de voitures qui stationnent à un feu rouge. Sa main est tendue vers les fenêtres fermées des véhicules, dans l’espoir d’obtenir une petite pièce d’un des nombreux conducteurs. Vêtue d’un tee-shirt largement trop petit pour elle et d’un vieux pantalon tout troué, elle déambule sous la pluie, lorsque la vitre de l’une des voitures s’abaisse. La petite fille accourt, un sourire dessiné sur son visage sale. A peine les pièces données, l’homme portant une belle chemise blanche, au volant de son 4x4 tout neuf fait rugir son moteur et démarre en trombe.

Cette scène, où les deux personnes sont malgaches, illustre tout à fait le partage inégal des richesses à Madagascar. Un pays qui possède d’énormes richesses et ressources naturelles, mais qui est pourtant considéré comme l’un des plus pauvre au monde ! 95% de la population y vivent avec moins de 2 dollars par jour. Ce paradoxe attisa ma curiosité.

 

L’été 2015, je suis partie faire un stage dans un orphelinat. Mes parents sont ensuite venus me rejoindre et nous avons visité ensemble ce pays. Madagascar est un pays magnifique ! Tout d’abord grâce à son peuple très souriant et accueillant. Mais aussi avec ses paysages spectaculaires et sa biodiversité unique. 

 

J’ai ainsi passé trois mois magiques, durant lesquels j’ai découvert des beautés de la nature et fait des rencontres enrichissantes ! Toutefois, même si la vie sur place regorge de splendeurs, l’émerveillement ressenti est souvent bousculé par la dure réalité : Misère, pauvreté et malheur surviennent quotidiennement. Sensibles aux conditions inquiétantes dans lesquelles vivent certaines personnes, mes parents ont décidé de monter le projet Manaomanga. Un projet dans lequel je souhaite m’impliquer !

Anaïs - 20 ans - Membre Fondateur - Septembre 2015

© 2017 by manaomanga

Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Icône sociale YouTube
Suivez nous !