Au Togo, du riz pour remplacer le charbon. (#004)

October 26, 2017

Un exemple de l'Economie Bleue : un déchet devient matière première. Les déchets de riz sont transformés en bio combustibles afin d'épargner du bois. Une piste que nous comptons bien explorer dans nos projets...

Article issu de www.makery.info

 

L’ONG Action en faveur de l’homme et de la nature initie au Togo des projets low-tech pour répondre aux problèmes environnementaux locaux, comme la production de biocombustibles à base de déchets de riz.

 

Quatre Africains sur cinq dépendent du charbon de bois pour la cuisine. Une consommation qui entraîne une double conséquence : écologique d’abord, puisque le Togo est dans le top 3 des pays ouest-africains les plus menacés par la déforestation selon une étude de 2010 de l’International Tropical Timber Organization (ITTO) ; mais aussi sanitaire, puisqu’on estime à 600 000 le nombre de décès annuels sur le continent dûs à l’inhalation de ce combustible, soit presque autant que le paludisme.

Un problème auquel l’ONG Action en faveur de l’homme et de la nature (Afhon), engagée depuis 2008 dans les questions socio-environnementales au Togo, a décidé de s’attaquer. Une équipe de 7 personnes, soutenue par l’école d’agronomie ESA-Lomé et le Fonds d’appui aux sociétés civiles du Sud (FASCS) à travers le service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France au Togo, expérimente à Kovié, canton de Lomé et « capitale du riz », un projet de valorisation de balles de riz en biocombustibles, avec une démarche locale et low-tech.

 

«Pour se débarrasser des balles de riz qui jonchent les artères de la ville, les populations ont pris pour habitude de brûler ces déchets, rejetant alors tout au long de l’année du CO2 dans l’atmosphère… En parallèle, les forêts togolaises sont déboisées pour s’approvisionner en bois de chauffe et énergie de cuisson», Kwadjo Flavien Vidja, responsable de la mise en œuvre du projet.

 

Etape 1: fabrication du biochar

Les balles de riz sont dans un premier temps réduites en un charbon d’origine végétale appelé biochar, de l’abréviation « biocharcoal » ou charbon biologique. Grâce à sa très forte teneur en carbone, il peut être doublement utilisé : comme alternative pour l’assolement en vue de booster la fertilité des sols pauvres, mais aussi comme matière première destinée à la production de briquettes combustibles (bioénergie).

Les premiers tests de carbonisation d’Afhon ont été réalisés dans un four à usage domestique à l’image du modèle de four Elsa. Cependant, compte-tenu du caractère siliteux des balles de riz, l’ingénieur Sam Akakpo et son équipe ont dû concevoir et fabriquer leur propre four spécialisé, inspiré par le projet des fours propres « Clean cookstoves ». Après plusieurs tests prenant en compte le degré d’émission de fumée et donc de gaz à effet de serre, le prototype Fab-riz a vu le jour, fabriqué avec les moyens du bord : boîtes de conserves perforées, matériaux accessibles et peu coûteux pour une conception simple, de manière à permettre une duplication et une appropriation par les populations.

«L’emploi de cet outil ne témoigne pas d’une volonté de s’opposer aux modes technologiques mais plutôt du désir d’utiliser des moyens apparemment simples, économiques et écologiquement raisonnables», L’équipe technique Afhon

Etape 2: préparation du liant

La production des briquettes nécessite la présence d’un liant, ici l’argile, qu’il faut tamiser pour avoir une granulométrie de 63 microns ou au mieux 80 microns.

 

Etape 3: passage à l’extrudeuse

La mixture biochar broyé-eau-argile peut ensuite passer à l’extrudeuse pour fabriquer des briquettes. Une fois séchées à l’air libre, elles sont opérationnelles pour servir comme combustible dans les foyers améliorés.

Pour l’instant en phase pilote, le moule artisanal a été associé à une presse industrielle pour obtenir les résultats escomptés. En janvier prochain, l’équipe démarrera la phase opérationnelle pour apporter des améliorations à son prototype mais aussi avec l’objectif de fabriquer sur un mode low-tech tous les appareils nécessaires, jusqu’à la presse. D’ici deux ans, il s’agira de fournir un modèle commercialisable et extensible auprès des organisations humanitaires.

 

Afhon compte aussi inciter les jeunes à la création de leurs propres unités de production de biochar ou de briquettes, en vue de mettre sur les marchés locaux des biocombustibles accessibles à la population togolaise.

 

«Ce qui semble le plus gratifiant et innovant dans ce projet, c’est qu’un four amélioré et fabriqué localement avec peu de moyens peut apporter une solution concrète d’énergie de cuisson à faible coût et à faible impact environnemental, mais aussi pallier la problématique d’importation d’engrais onéreux et polluants. Le tout en établissant un cadre d’innovation sociale et d’économie circulaire dans le pays. N’est-ce pas fantastique?», L’équipe technique Afhon.

 

D’autres initiatives mixant DiY et récupération des déchets se multiplient à travers le continent africain et même ailleurs, chacune adaptée à la biomasse locale, comme la canne à sucre en Haïti ou les déchets ménagers au Cameroun avec l’initiative de Kemit-Ecology, saluée à la COP21.

 

21 Décembre 2015

Caroline GRELLIER

 

Source : http://www.makery.info/2015/12/21/au-togo-du-riz-pour-remplacer-le-charbon/

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Featured Posts

Les débuts dans l'éolien

November 19, 2016

1/1
Please reload

Recent Posts

October 27, 2018

Please reload

Search By Tags
Please reload

Follow Us
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic
Suivez nous !
  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Icône sociale YouTube

© 2017 - 2020 by Manao Manga

Proudly created with Wix.com