Madagascar, est le cinquième pays le plus pauvre de la planète.

En 2012, 80% des Malgaches vivaient sous le seuil de pauvreté et au lieu de s'améliorer cette situation s'aggrave.

La préscolarisation elle, en est aux balbutiements.

Autre gros problème qui a son importance, les petits Malgaches vont souvent à l’école le ventre vide et n'ont pas souvent le matériel minimum nécessaire pour suivre leur scolarité dans de bonnes conditions.

Les classes sont souvent surchargées et le système linguistique est compliqué. Les trois premières années (5 à 8 ans environ) l’enseignement se fait en Malgache, ce qui n'est plus le cas après. Ceci est une des raisons de l'abandon très rapide des élèves.

Parfois, le professeur ne parlant pas correctement le français, l’enseignement se poursuit en Malgache un ou deux ans de plus, interdisant par la suite toute poursuite des études uniquement produites en français.

 

Faute de budget, l’état engage peu d’enseignants fonctionnaires qualifiés sortant de L’Ecole Normale Supérieure. Pour combler ce manque, chaque établissement engage des enseignants payés moins chers que les fonctionnaires : ce sont les FRAM, enseignants recrutés et payés par des associations de parents d’élèves. Mais ces enseignants sont payés irrégulièrement, et leur salaire est très faible. Ils doivent souvent avoir un second travail et font alors preuve eux aussi d’absentéisme. Ils ne sont diplômés que du BEPC et sont rarement formés.

L'éducation coûte cher, le manque d'éducation coûte encore plus cher !

© 2017 by manaomanga

Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Icône sociale YouTube
Suivez nous !