Selon la FAO, 45 % des aliments frais se perdent avant d’avoir été consommés.

En Afrique, cela équivaut à 4 milliards de dollars par an.

 

Le pays a cependant de plus en plus recours aux énergies d’origine fossile 83% pour accroître son taux d’électrification, l’un des plus faibles d’Afrique (environ 15%, et beaucoup moins en zone rurale).

 

Alors que le revenu minimum est d'environ 45€, un litre d’essence coute 1€ ce qui empêche les gens d’utiliser les énergies fossiles.

 

Les délestages (coupure de courant) sont de plus en plus longs et fréquents sur le réseau de distribution d'énergie.

 

Ils sont un frein aux transformations de produits qui demandent de l’énergie et à l’éducation.

Ce qui augmente : la déforestation.

 

Sans électricité, pas d’énergie, sans énergie pas d’entreprise, pas d’entreprise pas de production de richesse, sans richesse pas de développement.

 

L’énergie est un pilier fondamental du développement d’un pays.

 

Il est en quatres axes : Solaire – éolien – charbon vert – bio digesteur

Nous souhaitons utiliser :

     - l’énorme potentiel solaire de Madagascar : 360 jours de soleil par an. C'est-à-dire plus de 4500kwh/m²/an (1200 à Orléans à titre de comparaison) 

     - le potentiel éolien entre 6 et 12m/s toute l’année, en raison du bord de mer. 

     - tous les canaux possibles : c’est-à-dire les panneaux solaires, les lentilles de Fresnel, les fours solaires. 

 

Pour les éoliennes nous ferons plusieurs modèles de différentes tailles afin de satisfaire chaque besoin. Nous privilégierons au maximum la récupération d'équipements " low cost " permettant ainsi de réduire les coûts tout en facilitant l’entretien de ces équipements.

 

En effet beaucoup de programmes sont tombés à l'eau faute de répondre aux véritables besoins, ou bien parce que personne n'avait été formé à l'entretien et au maintien en condition opérationnelle. Ces investissements très vite perdus frustrent les habitants des régions concernées.

 

Le charbon vert encore mal connu, existe dans certain pays. Il est très efficace et pourvoyeur d’emploi. Il consiste à récupérer des déchets carbonés qui sous l’effet d’une pyrolyse, produisent du charbon. Mélangé avec un liant naturel comme l’amidon, moulé en briquette, il se vendra comme du charbon classique en sac de 3 ou 6 kg. 

 

Les bio digesteurs permettent eux de valoriser les déchets verts, humains, animaliers et naturels.

 

Nous allons développer l’auto construction pour être indépendant énergiquement pour nos activités. Dans un second temps nous formerons une équipe de Malgache capable de reproduire, installer et entretenir ces équipements afin de pouvoir électrifier les villages aux alentours. 

 

En parallèle nous monterons une unité de fabrication de charbon vert que nous commercialiserons afin de diminuer la part du charbon de bois et de produire une activité lucrative permettant de créer des emplois.

En commençant pour nous, nous prouverons aux gens que cela est possible.

 

Ensuite nous formerons les personnes pour ces nouvelles utilisations. 

    

Le succès de ses nouveautés n’est possible que si nous avons l’adhésion des populations locales. Aucune réussite n’est possible sans eux.

 

© 2017 by manaomanga

Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Icône sociale YouTube
Suivez nous !